L’Unité anti-narcotiques des douanes (CANU) fait des progrès significatifs dans la lutte contre les stupéfiants illégaux, selon le directeur de la CANU, James Singh, qui a déclaré que ces efforts ont eu pour résultat de freiner le commerce de la drogue tant au niveau local qu’international.

Lors de l’examen et des projections pour 2024 du ministère de l’Intérieur, un exercice organisé jeudi, Singh a exprimé ces sentiments et a révélé qu’au cours de la période 2023, la CANU avait enregistré cinq saisies internationales – une réalisation qu’il a décrite comme un témoignage des mesures stratégiques mises en œuvre à les différents points d’entrée à travers le pays.

Selon Singh, les mesures mises en œuvre rendent plus difficile le transport des stupéfiants. « Ce que nous faisons ici en Guyane a un impact sur le trafic de drogue… Le fait que nous ayons saisi beaucoup plus de drogues destinées à l’étranger, qu’il s’agisse de marijuana et de cocaïne dans différentes régions du pays, est une indication que les systèmes que nous avons en place fonctionnent, en particulier les partenariats que nous entretenons avec les forces de l’ordre locales ici en Guyane, qui font la différence », a déclaré Singh.

Il a ajouté que la CANU avait contribué à des opérations à l’étranger qui avaient conduit à la confiscation de stupéfiants transportés depuis l’Amérique latine et la région des Caraïbes.

« Cela démontre que notre rôle dans la lutte contre les stupéfiants – pas seulement ici en Guyane, mais au niveau international – a un impact significatif », a-t-il souligné.

Le directeur de la CANU a attribué le succès de l’unité au soutien fourni par le ministère de l’Intérieur et, par extension, par le gouvernement, ainsi qu’aux partenariats avec les forces de l’ordre locales et internationales. Il a ajouté que les engagements avec le président Dr Irfaan Ali se sont également révélés fructueux avec des opportunités de formation pour les rangs de la CANU.

« Je dirais que la relation est beaucoup plus forte qu’avant ; pas seulement sur la base de ce que nous faisons, mais sur tout l’engagement du gouvernement du Guyana dans la lutte contre le trafic de stupéfiants », a-t-il déclaré.

Cependant, le ministre Robeson Benn a souligné que, même si la CANU fonctionne remarquablement, des améliorations sont possibles. « Nous devons grandir et déployer des efforts de plus en plus importants à la CANU. Ils sont également impliqués dans la question des saisies d’armes à feu… Dans l’ensemble, nous sommes satisfaits de ce que fait l’unité », a affirmé le ministre.

Le secrétaire permanent Andre Ally a ajouté qu’avec le succès enregistré, le ministère a jugé bon d’investir massivement dans cette unité. À cette fin, une somme de 827,4 millions de dollars a été réservée dans le budget 2024 à l’organisme de lutte antidrogue.

Cette somme permettra de faire progresser la construction d’un nouveau quartier général sur Homestretch Avenue et d’acquérir des véhicules supplémentaires, du matériel tactique et une technologie moderne pour détecter les stupéfiants aux différents points d’entrée.

En 2023, la CANU a dédouané environ 1 363,28 kilogrammes de stupéfiants, composés de cannabis, de cocaïne, d’ecstasy et de haschisch, pour un total de 461,5 millions de dollars.

Le cannabis était la drogue la plus confisquée, représentant 94 pour cent du total des stupéfiants saisis pour l’année, avec environ 73 saisies distinctes totalisant 1 287,88 kilogrammes.

Il y a eu 18 saisies de cocaïne, pour un montant de 75,17 kilogrammes ; trois saisies d’ecstasy, totalisant 0,124 kilogramme ; et une saisie de haschich, pour un montant de 0,102 kilogramme.

Le cannabis saisi était évalué à 386,3 millions de dollars, tandis que la cocaïne était val

A lire également