La Banque interaméricaine de développement (BID), dans une démarche audacieuse pour contribuer au développement de la Guyane, a financé l’étude de faisabilité pour la construction d’une usine de fabrication de bouteilles en verre.

Cela a été révélé par le président de la Guyana Manufacturing and Services Association (GMSA), Ramsay Ali, lors du dîner de mi-année de l’organisation jeudi soir.

Selon Ali, l’étude a déjà commencé pour déterminer la viabilité du projet et les résultats sont attendus dans les deux prochains mois.

« Nous avons approché la BID [and they] dit oui, nous allons financer une étude de faisabilité en Guyane pour la fabrication du verre. Je suis heureux de dire que cette étude a commencé et que nous avons un délai d’environ deux mois avant de pouvoir obtenir les résultats de cette étude », a déclaré Ali.

Selon Ali, la création d’une telle usine profitera grandement aux entreprises locales et réduira les coûts d’importation du verre de Trinité-et-Tobago. Il a expliqué que puisque Trinité-et-Tobago sont les producteurs de verre pour l’ensemble des Caraïbes, si nous devions importer du verre de n’importe quel autre pays, nous aurions à payer le tarif extérieur commun (TEC).

« Certains d’entre nous sont assez vieux pour savoir qu’il y a des années, il y avait une usine de bouteilles en verre ici. Ce qui s’est passé, c’est qu’il y a une telle installation à Trinidad et ce qui s’est passé, c’est qu’ils ont approché la CARICOM… et ont dit qu’ils pouvaient produire tout le verre des Caraïbes et que si vous deviez importer du verre de n’importe où ailleurs, vous devrez payer le CET.

« Nous avons les deux plus grandes entreprises de boissons de la GMSA, Banks DIH [and] Demerara Distilleries Limited, plus nous avons des entreprises de taille moyenne comme Ricks et Sari et tous nos petits agro-transformateurs qui utilisent beaucoup de verre », a-t-il expliqué.

Ali a ajouté qu’il est plus logique de mettre en œuvre ce projet maintenant plutôt qu’il y a dix ans compte tenu de la consommation d’énergie requise pour une telle installation.

« Mon opinion est que compte tenu de ce qui va se passer avec l’énergie dans ce pays dans très peu de temps, ce projet aurait beaucoup plus de sens que si nous devions l’examiner il y a dix ans en raison de la consommation d’énergie pour un tel facilité. »

Selon la base de données COMTRADE des Nations Unies sur le commerce international, les importations de verre et d’articles en verre du Guyana en provenance de Trinité-et-Tobago étaient évaluées à 2,67 millions de dollars EU en 2022.

A lire également