Présenté sous le thème « Maintenir le cap : bâtir la prospérité pour tous », le budget national 2024 de 1 146 000 milliards de dollars, piloté par le ministre principal du cabinet du président chargé des finances et de la fonction publique, le Dr Ashni Singh, a été adopté hier soir au Parlement. Assemblée nationale.

Le projet de loi (Projet de loi de crédits 2024-Projet de loi n° 1 de 2024) a été adopté à l’issue de la séance après cinq jours de débats et quatre jours de réunions du Comité des subsides, au cours desquels les députés de l’opposition ont minutieusement examiné les prévisions budgétaires et posé des questions au gouvernement. Ministres sur divers postes budgétaires sous chaque secteur et ministère.

Cette période a également permis au public de mieux comprendre le contenu du budget de cette année. Le 15 janvier 2024, le Dr Singh a présenté à l’Assemblée nationale le budget le plus important de l’histoire du pays.

Le budget 2024, premier budget d’un billion de dollars du pays, s’avère être de nature encore plus historique que celui de 2023 et, comme ses prédécesseurs, les budgets 2022 et 2023, n’impose aucun nouvel impôt. Il comprend des allocations totalisant 121,4 milliards de dollars pour les salaires et traitements des employés du gouvernement central, y compris une augmentation de salaire qui sera annoncée plus tard dans l’année, une allocation de 40,7 milliards de dollars pour les retraités âgés et les bénéficiaires de l’aide publique, 135,2 milliards de dollars pour le système éducatif afin de garantir que chaque enfant reçoit une bonne éducation, dont 9 milliards de dollars pour le programme Because We Care et des subventions informelles pour les écoliers, 129,8 milliards de dollars pour le secteur de la santé, y compris la construction de plusieurs hôpitaux de classe mondiale et centres de télémédecine dans l’arrière-pays, 204,1 milliards de dollars pour étendre et moderniser les routes et des ponts, jetant les bases d’une croissance économique à long terme tout en apportant un soulagement aux navetteurs et aux résidents, 95,7 milliards de dollars pour le secteur de l’énergie, y compris des investissements pour doubler la capacité de production du pays afin de réduire de moitié le coût de l’électricité, 78 milliards de dollars pour déployer le programme national de logement et garantir que chaque famille guyanaise puisse à terme posséder sa propre maison et 72,3 milliards de dollars pour financer la modernisation des infrastructures de D&I afin de produire suffisamment de nourriture et de réduire le risque d’inondation.

Le Dr Singh, lors de la présentation du budget de cette année plus tôt en janvier, avait indiqué que « notre gouvernement est déterminé à maintenir un cadre politique visant à atteindre les objectifs que nous avons définis et à respecter les engagements que nous avons pris dans notre Manifeste, ainsi qu’à faire en sorte que les des décisions difficiles là où elles sont nécessaires, le tout dans le but de garantir que le potentiel de prospérité durable de notre pays soit réalisé et que la prospérité nationale, une fois réalisée, se traduise par un bien-être amélioré pour chaque foyer guyanais ». Dans sa présentation de réfutation du débat à l’Assemblée nationale le 26 janvier, il a affirmé que « le PPP/C (Parti populaire progressiste/Civic) continuera à élaborer et à mettre en œuvre des budgets qui sont dans l’intérêt de tous les citoyens de Guyane. »

A lire également