Le vice-président, le Dr Bharrat Jagdeo a réfuté l’affirmation de l’opposition selon laquelle un gouvernement APNU-AFC serait en mesure d’accorder aux citoyens des augmentations de salaire plus élevées en utilisant les intérêts perçus sur le Fonds des ressources naturelles (NRF).

Cet argument en faveur de l’utilisation des intérêts gagnés sur le NRF a été avancé lors d’une conférence de presse de l’opposition (jeudi), lorsque le conseiller économique de l’opposition a soutenu que les intérêts du Fonds des ressources naturelles pourraient couvrir le coût d’une augmentation supérieure aux 6,5 pour cent accordés aux fonds publics. serviteurs en 2023.

« Alors, combien d’argent y avait-il dans la NRF en 2022 avant le transfert pour 2023 ? Il y avait environ 270 millions de dollars. Cette année, une autre somme aurait été ajoutée à cela et l’argent est investi dans des instruments sûrs et [that] reçoit, en moyenne, un intérêt d’environ 5 pour cent. Donc, si vous investissez ces 270 millions de dollars, vous obtiendrez un peu plus de 13 millions de dollars d’intérêts, soit environ 2,7 milliards de GY$ », a expliqué le Dr Jagdeo lors d’une conférence de presse au bureau du président jeudi.

Les instruments sûrs dans ce cas sont des obligations sécurisées qui rapportent des intérêts, cet aspect est géré par la Banque centrale de Guyane qui est mandatée pour gérer le NRF.

Le Dr Jagdeo a ajouté que même avec le total des recettes du Fonds, les intérêts gagnés ne seraient toujours pas en mesure d’atteindre le montant total requis pour payer les fonctionnaires.

Selon le vice-président, l’augmentation de salaire de 6,5 pour cent mise en œuvre par le gouvernement coûte 7,9 milliards de GY$.

« Les intérêts sur le NRF ne vous rapporteraient que 2,7 milliards de GY$. Encore, [opposition member indicated] aujourd’hui qu’ils financeraient une augmentation plus élevée à partir des seuls intérêts du NRF. C’est le genre de politique que nous pouvons attendre de l’APNU AFC, juste une rhétorique sauvage », a déclaré le Dr Jagdeo.

Il a rappelé que l’approche politique de l’opposition avait conduit le Guyana dans une spirale descendante dans le passé.

« Ils [the opposition] Je ne connais pas le but d’un NRF. Il ne s’agit pas de prendre chaque centime que vous gagnez en intérêts. Lors de la restructuration de la NRF, nous avons supprimé toutes les charges directes pesant sur la NRF car cela pourrait conduire à la corruption. Toutes les dépenses provenant de l’argent pétrolier doivent passer par le Parlement, doivent être débattues au Parlement et approuvées au Parlement. Vous ne pouvez pas dépenser hors comptabilité comme cela aurait été autorisé par l’ancien NRF, la Loi sur le Fonds des ressources naturelles de l’APNU qu’ils ont adoptée », a-t-il ajouté.

Le Dr Jagdeo a poursuivi : « C’est le fondement philosophique de l’APNU. Pourquoi pensez-vous que ce pays a fini par payer chaque centime de l’argent des impôts collecté pour rembourser la dette ? C’est à cause de la même philosophie des gouvernements précédents du PNC, ils ont dépensé ce que nous n’avions pas et toute une génération, nous tous ici, avons souffert à cause de cela, d’opportunités perdues. Nous avons dû rembourser, en radier une partie, etc. mais chaque centime que nous avons remboursé en dette gaspillée ou injustifiée, nous avons perdu une opportunité de développement, soit de meilleurs soins de santé, soit une meilleure éducation pour notre peuple.

En 2021, le gouvernement a modifié la loi sur le Fonds de ressources naturelles (NRF) pour accroître la transparence et la responsabilité dans la gestion des ressources pétrolières du Guyana, y compris l’obligation pour le gouvernement de demander l’approbation annuelle du Parlement pour les retraits du NRF, comme indiqué dans l’article 19 de la loi. la loi NRF 2021.

En vertu de cette disposition, dans le cadre de son examen du processus budgétaire, le Parlement a approuvé le retrait de 1,002 milliard de dollars américains (équivalent à 208,9 milliards de dollars guatémaltèques) du NRF en 2023.

Conformément à la loi NRF 2021 et au budget 2023 approuvé, le gouvernement a effectué son huitième et dernier transfert, d’un montant total de 152,1 millions de dollars américains (l’équivalent de 31,6 milliards de dollars guatémaltèques) du NRF le 27 décembre 2023 vers le Fonds consolidé.

Ce transfert porte les retraits cumulés pour 2023 à 1,002 milliard de dollars américains (équivalent à 208,4 milliards de dollars guatémaltèques), ce qui correspond au total de 1,002 milliards de dollars américains (équivalent à 208,9 milliards de dollars guatémaltèques) dont le retrait a été approuvé en 2023. [DPI]

A lire également