Paul Watson, un ancien policier de Zeeburg, West Coast Demerara, âgé de 46 ans, est de nouveau dans l’eau chaude, car il a été giflé mardi avec sept accusations liées à la fraude pour lesquelles il a obtenu une caution d’un montant de 1,3 million de dollars.

Le père de deux enfants a comparu devant le magistrat Zamilla Ally-Sepaul au tribunal de première instance de Leonora et a plaidé non coupable des accusations.

La police a déclaré qu’entre février et novembre 2019, Watson avait obtenu 2 787 000 $ de Sharda Bramdeo en prétendant à tort qu’il était un officier de police et qu’il était donc en mesure de déposer un avis d’appel, sachant que celui-ci était faux. Sur les quatre chefs d’accusation à cet égard, il a été libéré sous caution d’un montant de 800 000 $ et l’affaire a été ajournée au 15 mai.

Il a comparu devant le magistrat principal Faith McGusty au tribunal de première instance de Vreed-en-Hoop pour répondre à trois accusations similaires, pour lesquelles il a plaidé non coupable. Là, il a été libéré sous caution d’un montant de 500 000 $ et condamné à retourner devant le tribunal le 16 mai.

Ce n’est pas la première fois que Watson est inculpé. En 2017 et 2021, il a été accusé d’avoir obtenu de l’argent de deux hommes après avoir affirmé qu’il était en mesure de leur obtenir un permis d’armes à feu.

En ce qui concerne l’affaire de 2017, le tribunal a été informé qu’en 2015, Govind Sundar, un homme d’affaires, avait demandé un permis d’armes à feu et avait ensuite reçu un appel de Watson, qui affirmait qu’il était inspecteur et que la police enquêtait sur l’affaire de Sundar. arrière-plan. Quelques semaines plus tard, a rapporté Sundar, il a reçu un autre appel de Watson, lui disant cette fois qu’il voulait 300 000 $ pour traiter la demande.

En 2021, Watson a également collecté 400 000 $ auprès de l’autre personne pour traiter un permis d’arme à feu.

A lire également