Le vice-président Dr Bharrat Jagdeo a révélé que la société londonienne Tullow Oil n’avait pas officiellement informé le gouvernement de sa décision de vendre sa participation majoritaire dans le bloc Orinduik au large de la Guyane.

Plus tôt ce mois-ci, Tullow a annoncé avoir accepté de vendre sa participation totale de 60 pour cent dans la licence Orinduik à Eco Guyana Oil and Gas (Barbados) Limited en échange d’une combinaison de liquidités initiales à hauteur de 700 000 $ US et d’une contrepartie conditionnelle.

Cependant, le vice-président Jagdeo a révélé jeudi que même si le gouvernement a entendu parler de cette décision, la compagnie pétrolière londonienne doit encore informer formellement les autorités locales de cette décision, afin d’obtenir l’approbation de la vente.

« Il y a deux jours, j’ai parlé avec [Natural Resources Minister] Vickram Bharrat, et à ce moment-là nous n’avions pas reçu de notification ; et ils [Tullow] devez nous en informer, car l’approbation doit être donnée par le gouvernement du Guyana. Mais jusqu’à présent, nous n’en avions pas été informés. Nous en avons entendu parler à travers les vignes, mais cela doit passer par… un processus formel pour nous », a déclaré le vice-président.

La finalisation de cette transaction entre Tullow et son partenaire Orinduik Block Eco devrait intervenir au second semestre 2023.

Dans un communiqué du 10 août, Tullow a déclaré que sa décision de se retirer de la licence d’Orinduik était conforme à sa stratégie consistant à se concentrer sur ses actifs de production à haut rendement en Afrique et sur l’exploration axée sur les infrastructures autour des pôles de production, et à atteindre son objectif de libérer de la valeur dans les pays émergents. bassins.

Jean-Médard Madama, Directeur Exploration, Actifs Non Opérés et Démantèlement, a déclaré : « Cette transaction s’inscrit dans notre stratégie d’optimisation de notre portefeuille grâce à des opportunités de valorisation de nos permis de bassins émergents, tout en concentrant nos dépenses d’investissement sur nos investissements à haut niveau. des actifs générateurs de rendement et des opportunités de croissance autour des infrastructures existantes.

En 2019, Tullow a foré deux puits d’exploration sur le permis d’Orinduik, qui ont donné lieu à des découvertes pétrolières non commerciales. La première découverte en août 2019 a eu lieu au puits Jethro-1 dans le bloc Orinduik. Le puits a rencontré 55 mètres de pétrole net dans un réservoir de grès pétrolifère de haute qualité dans la zone du Tertiaire inférieur.

Cette découverte a été suivie en septembre par la découverte de Joe-1 dans la zone du Tertiaire supérieur. La qualité du pétrole est cependant lourde et sa teneur en soufre est élevée – une variété de pétrole qui est moins viable économiquement que les bruts légers et non corrosifs trouvés par le géant pétrolier américain ExxonMobil au large de la Guyane, dans le bloc voisin de Stabroek.

Néanmoins, Tullow reconnaît le potentiel important de ressources pétrolières restant dans la licence d’Orinduik et, à ce titre, les termes de la transaction permettent à Tullow de conserver une exposition à tout succès futur potentiel dans la région.

Sur la base du résumé de la transaction, Eco devra payer à Tullow 4 millions de dollars si elle fait une découverte commerciale, et 10 millions de dollars supplémentaires si la Guyane délivre une licence de production, ainsi que des redevances sur la production future.

Ces dernières années ont été difficiles pour Tullow, qui a été contraint en 2020 d’amortir 1,2 milliard de dollars de puits qui n’étaient pas financièrement viables. Le montant de 2019 comprend 60 millions de dollars pour trois puits que Tullow a forés au large de la Guyane mais n’a pas pu continuer à y travailler.

Le bloc pétrolier d’Orinduik se trouve à quelques kilomètres seulement des découvertes d’ExxonMobil dans les champs de Liza et Payara, dans le bloc pétrolier riche de Stabroek.
Avec l’acquisition de la participation de 60 pour cent de Tullow, Eco va désormais ajouter à sa participation directe existante de 15 pour cent, ce qui en fera le principal opérateur sur la licence d’Orinduik avec une participation désormais énorme de 75 pour cent. Les 25 pour cent restants sont partagés par une coentreprise entre Qatar Petroleum et Total E&P Guyana BV (TOQAP).

Parallèlement, outre ses actifs d’Orinduik, Tullow Oil détient également des participations (37,5 pour cent dans le cadre d’un accord d’affermage) dans le bloc voisin Kanuku, qui est exploité par Repsol avec une participation directe de 37,5 pour cent. TOQAP détient les 25 pour cent restants dans le bloc Kanuku.

Lors de la conférence de presse de jeudi, le vice-président Jagdeo a été interrogé sur la question de savoir si la licence Kanuku avait obtenu une prolongation, ce à quoi il a répondu par la négative.

Le vice-président a expliqué qu’à l’exception de la société canadienne CGX Energy, aucun autre titulaire de permis offshore n’a atteint la période où son permis de prospection a été épuisé ou expiré.

Quelque six puits ont été forés dans le bloc Kanuku ; ce sont : Carapa-1, Jaguar-1, Berbice-2, Abary-1 et Mahaica-1 et 2.

Plus tôt ce mois-ci, il a été révélé que Repsol menait des études environnementales sur le site du puits Beebei-1. Selon un avis du 4 août de l’administration maritime locale (MARAD), l’exercice a commencé plus tôt dans le mois et se terminera d’ici la fin du mois, en utilisant le navire OSV Atlantic Spirit.

Repsol avait foré le puits Beebei-Potaro l’année dernière et avait rencontré des réservoirs de bonne qualité dans les cibles primaires et secondaires, mais ils étaient aquifères.

A lire également