Voir ci-dessous une déclaration de l’opposition parlementaire sur la réunion de la semaine prochaine entre le président Dr Irfaan Ali et le président vénézuélien Nicolás Maduro qui se tiendra à Saint-Vincent-et-les Grenadines le 14 décembre 2023 :

CONTROVERSE TERRITORIALE GUYANE/VENEZUELA NE DOIT PAS ÊTRE DISCUTÉ PENDANT DIALOGUE PRÉSIDENT ALI/PRÉSIDENT MADURO.

L’opposition parlementaire salue les mesures prises par la communauté internationale pour assurer la paix entre la République coopérative du Guyana et la République bolivarienne du Venezuela.

L’opposition parlementaire souhaite indiquer clairement que nous ne sommes pas opposés au dialogue ou aux discussions avec le président du Venezuela, car cela pourrait conduire à de meilleures relations entre les gouvernements et les peuples de nos deux pays. En effet, le paragraphe 3 de l’Accord de Genève reconnaît qu’« une coopération plus étroite entre la Guyane britannique et le Venezuela pourrait bénéficier aux deux pays ». C’est pourquoi, depuis son indépendance, le Guyana a recherché et promu des relations bilatérales avec son voisin occidental dans un large éventail de domaines, notamment la santé, l’éducation et d’autres domaines pertinents du développement. Il faut également rappeler que lors du débat parlementaire sur la controverse territoriale, l’opposition a insisté sur le fait que la porte devait toujours être ouverte au dialogue.

Nous pensons que la réunion devrait chercher à garantir que les deux États reprennent les discussions bilatérales, car elles ouvriront de nouvelles perspectives de bon voisinage et de paix entre nos deux États et nos peuples.

L’opposition estime que les deux dirigeants pourraient continuer à explorer l’expansion des questions bilatérales qui pourraient améliorer la vie des peuples de nos deux pays et contribuer au développement pacifique de la région de l’Amérique latine et des Caraïbes.

L’OPPOSITION ESTIME QU’IL NE DOIT PAS Y AVOIR DE DISCUSSIONS SUR LA CONTROVERSE TERRITORIALE ENTRE NOS DEUX PAYS CAR CETTE AFFAIRE EST LÉGALEMENT DEVANT LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE (CIJ) ET CE PROCESSUS DOIT ÊTRE LAISSÉ SUIVRE SON COURS AFIN QU’IL SOIT RÉGLÉ DANS LES CONFINEMENTS DU DROIT INTERNATIONAL.

L’opposition parlementaire reste déterminée à jouer son rôle dans les relations continues entre la Guyane et le Venezuela et œuvrera toujours à la protection de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de notre nation.

A lire également