Au milieu des actions revendicatives illégitimes en cours organisées par le Syndicat des enseignants de Guyane (GTU), la ministre de l’Éducation, Priya Manickchand, a réaffirmé l’engagement de son ministère à remplir son mandat consistant à garantir que les enfants du pays reçoivent une éducation de qualité.

« Ce que nous ne ferons pas, c’est arrêter de travailler à cause de cela. Alors, qu’allons-nous faire demain, nous allons continuer tout ce processus d’enseignement », a affirmé le ministre.

Lors d’une interview lundi, le ministre Manickchand a déclaré que le ministère avait déjà commencé à mettre en œuvre les programmes et politiques inclus dans le budget 2024 récemment adopté.

Cela comprend la distribution de subventions en espèces pour les fournitures scolaires qui a commencé lundi.

En outre, le ministère a pris des dispositions pour garantir que les enfants qui pourraient être affectés par la réduction de la fréquentation des enseignants en raison de la grève en cours soient impliqués dans les différentes plateformes d’apprentissage.

« Lorsque votre enfant est concerné, nous avons délibérément et consciemment élaboré du contenu éducatif sur toutes nos plateformes », a-t-elle expliqué.

Le contenu éducatif a été rendu accessible à tous les niveaux, en particulier pour les enfants se préparant à l’évaluation nationale de sixième année (NGSA), aux examens du Caribbean Secondaire Education Certificate (CSEC) et au Caribbean Advanced Proficiency Examination (CAPE).

Ceux-ci peuvent être visionnés sur le site Web du ministère, sur Guyana Learning Channel (télévision et chaîne YouTube), sur l’application « EDPal » récemment lancée et sur la station de radio EdYou FM.

Abordant la grève en cours, le ministre Manickchand a déclaré : « La grève n’était pas justifiée… Il y a tellement de choses qui ont été faites qui améliorent non seulement le travail des enseignants, mais qui améliorent également leur vie personnelle. »

Le ministre a déclaré que les responsables de l’éducation ont rencontré les dirigeants du GTU mercredi dernier pour répondre au reste des 41 demandes proposées au ministère.

« Le GTU a déclaré que si vous nous accordez ces choses, la vie des enseignants sera meilleure… Nous avons satisfait à 25 de ces demandes et nous avons accordé et réalisé 28 autres choses. [We have] pris 28 autres actions, certaines personnelles [and] un professionnel », a déclaré le ministre Manickchand.

Elle a rappelé que le gouvernement avait augmenté les salaires des enseignants de plus de 20 pour cent depuis son entrée en fonction en 2020.

Notamment, l’année dernière, le président Dr Mohamed Irfaan Ali a annoncé 1,9 milliard de dollars d’ajustements salariaux et de concessions hors taxes, à la suite d’engagements avec des enseignants de tout le pays, ainsi qu’avec des représentants du GTU et d’autres syndicats.

Entre-temps, le ministre du Travail, Joseph Hamilton, qui était également interviewé, a déclaré que le syndicat devrait emprunter la voie des discussions pour résoudre les problèmes.

« Le syndicat doit retourner à la table des discussions, c’est là que l’affaire sera résolue », a-t-il affirmé. [DPI]

A lire également