La ministre de l’Éducation, Priya Manickchand, a souligné que dans un pays en développement comme le Guyana, l’éducation joue un rôle essentiel en fournissant aux gens les connaissances, les compétences et les capacités de pensée critique nécessaires à la croissance économique et au développement.

Elle a déclaré que l’éducation favorise une main-d’œuvre qualifiée, favorise la cohésion sociale et renforce les valeurs démocratiques.

Elle s’exprimait à l’époque lors du débat sur le budget 2024 lors de la 72e séance de l’Assemblée nationale, au Centre de conférences Arthur Chung, lundi.

« En investissant dans l’éducation, un pays en développement peut donner à ses citoyens les moyens de briser le cycle de la pauvreté, de stimuler l’innovation et de contribuer à l’édification de la nation… C’est la clé qui ouvre les portes d’opportunités ouvrant la voie à un avenir meilleur pour les individus et la nation. dans son ensemble. Tout gouvernement qui comprend cela investirait dans l’éducation et c’est ce que le PPP/C a fait de manière constante », a souligné le ministre de l’Éducation.

Il a été souligné à plusieurs reprises à quel point les investissements prudents dans le secteur ont profité au public guyanais.

Selon le ministre Manickchand, le Guyana occupe un rang élevé dans l’indice de développement humain (IDH) des Nations Unies, qui évalue le bien-être général, la santé et le niveau d’éducation des citoyens du pays.

Les investissements massifs dans le secteur de l’éducation continuent de produire des résultats exceptionnels.

L’école primaire d’Arthurville est passée de 36 pour cent en 2022 en anglais à 50 pour cent ; 50 pour cent en mathématiques à 83 pour cent ; et 29 pour cent à 50 pour cent en sciences.

Dans les régions de l’arrière-pays, le taux a également augmenté.

Le taux de réussite pour Aishalton est passé de 22 pour cent à 67 pour cent, celui d’Annai est passé de 19 pour cent à 58 pour cent, tandis que le taux de réussite pour Sand Creek est passé de 15 pour cent à 60 pour cent.

Il s’agit, a-t-elle ajouté, du résultat mesurable de politiques et d’investissements robustes.

« Lorsque nous parlons de ces chiffres, nous entendons plus de personnes et plus d’enfants décédés. Davantage d’enfants ont pu accéder à des opportunités et s’épanouir dans ce projet que nous construisons en Guyane », a souligné le ministre Manickchand.

Au cours des trois dernières années, 4 575 enfants ont bénéficié d’un environnement propice pour recevoir leur éducation dans diverses écoles secondaires à travers le pays.

Plusieurs nouvelles écoles secondaires ont été construites, notamment De Willem, Good Hope, Westminster, Yarrowkabra et Abram Zuil. De plus, St. Roses High, Bishops ‘High, Queen’s College, East Ruimveldt Secondaire et St Winefride’s Secondaire ont reçu de nouvelles annexes.

En 2024, 28,7 milliards de dollars ont été budgétisés pour la construction, la réhabilitation et l’entretien des bâtiments scolaires et des établissements d’enseignement.

Les travaux seront avancés pour achever plusieurs écoles secondaires en 2024 sur Hosororo Secondaire, Nord-Ouest Secondaire, Kwebanna Secondaire, Jawalla, Karasabai, Christ Church, North Ruimveldt, St George’s et St Mary’s. Des travaux d’extension seront exécutés au Collège Saint-Stanislas.

Les travaux commenceront dans les nouvelles écoles secondaires d’Aishalton, Christiansburg, Kopinang, Micobie et Prospect Secondaire.

Six grandes écoles primaires seront construites dans diverses zones telles que Recht Door Zee, Tuschen, Tabatinga, Wisroc, Huradiah et Diamond.

Le ministre de l’Éducation a souligné : « Chaque enfant de ce pays, qu’il soit du primaire, du secondaire ou de la crèche, venant de l’arrière-pays profond, de la côte ou de Georgetown, pourra accéder à l’éducation sous le gouvernement PPP/C. »

Par ailleurs, des travaux de réhabilitation seront exécutés sur les dortoirs et les logements des enseignants à travers la Guyane.

Concernant le programme national d’alimentation scolaire, elle a fait allusion au budget de 4,9 milliards de dollars proposé en 2024 pour fournir des jus, des biscuits, un petit-déjeuner et des repas chauds à 126 170 enfants.

« Ce budget nous permettra d’ajouter 42 écoles plus 234 écoles en cinquième année, soit un total de 19 000 enfants supplémentaires qui recevront des repas dans l’arrière-pays », a souligné le ministre Manickchand.

En mettant l’accent sur l’augmentation de la quantité, tous les élèves recevront cette année tous les manuels nécessaires et des cahiers d’exercices de meilleure qualité.

Au cours des trois dernières années, 8 milliards de dollars en manuels scolaires ont été fournis aux étudiants.

En ce qui concerne la formation des enseignants, le Cyril Potter College of Education (CPCE) a diplômé 1 796 enseignants formés en novembre 2023, soit la plus grande cohorte à ce jour.

En fait, pour la première fois dans l’histoire du Guyana, 99 pour cent des enseignants sont formés ou sont actuellement en formation.

Le ministre de l’Éducation a indiqué que 3.198 enseignants ont été formés entre 2020 et 2023.

« Ainsi, lorsque nous parlons de vouloir mieux pour les gens, nos actions doivent correspondre à nos paroles. Vous aviez 31 enseignants formés dans l’arrière-pays. Nous avons 1 000 enseignants formés chaque année dans l’arrière-pays. C’est l’amour pour les gens et les enfants », a-t-elle souligné.

En 2024, 1 900 enseignants seront formés, tandis que 1 500 le seront en 2025. Cela permettra au Guyana d’atteindre 100 % d’enseignants formés d’ici 2025.

Grâce à la Guyana Online Academy of Learning (GOAL), les enseignants guyanais et d’autres personnes ont la possibilité de poursuivre des études supérieures dans des universités renommées du monde entier.

Elle a souligné : « Le PPP/C continuera à offrir des opportunités, qu’il s’agisse de cours ou de certificats, diplômes, masters ou doctorats, au plus grand nombre de personnes qui le souhaitent. Et nous ne nous en excuserons pas. » Une somme de 135,2 milliards de dollars est prévue cette année pour le secteur de l’éducation.

A lire également