L’actuel gouvernement du Parti populaire progressiste/civique (PPP/C) poursuit ses efforts pour récupérer la perte subie par l’ancien gouvernement lorsqu’il a dépensé 600 millions de dollars (2 millions de dollars américains) pour acheter un certain nombre de pompes défectueuses qui, à ce jour, ne fonctionnent pas. ne fonctionne pas.

S’exprimant lors de sa récente conférence de presse de fin d’année, le ministre de l’Agriculture, Zulfikar Mustapha, a révélé que les pompes achetées par l’ancien gouvernement du Partenariat pour l’unité nationale/Alliance pour le changement (APNU/AFC) en 2018 sont toujours dans le système, bien que défectueuses.

« J’ai repris un secteur dans lequel le gouvernement de l’époque aurait acheté 12 pompes, avec une ligne de crédit de l’Inde, pour un coût de 2 millions de dollars. Ces pompes sont toujours dans le système, défectueuses et nous essayons toujours de récupérer notre argent ou d’obtenir des pompes appropriées qui peuvent satisfaire aux spécifications et aux exigences », a déclaré Mustapha.

« Aujourd’hui, ces pompes sont toujours défectueuses et nous travaillons activement pour voir comment remédier à cette situation. Ils ont payé environ 75 pour cent du coût, le gouvernement précédent. Lorsque je suis arrivé et que nous avons découvert que les pompes n’étaient pas adaptées, que la taille de la pompe et le moteur étaient petits, j’ai arrêté les paiements et nous avons travaillé pour voir comment remplacer ces pompes.

Selon Mustapha, le procureur général Anil Nandlall, SC, aide son ministère soit à remplacer les moteurs des pompes, soit à récupérer les pertes de la pompe. Selon le ministre de l’Agriculture, ils ont également travaillé avec la Haute-commission indienne pour engager l’entreprise auprès de laquelle les pompes ont été achetées. Le ministre espère qu’une autre réunion pourra avoir lieu prochainement pour résoudre la question.

« En fait, nous avons fait une évaluation et une proposition sur la façon dont ce problème pourrait être résolu. Bien entendu, le moteur devra être remplacé. L’affaire en est donc à ce stade. J’ai également engagé mon collègue le ministre, le procureur général. Et nous travaillons, j’espère que nous pourrons résoudre ce problème sous peu », a déclaré le ministre.

En 2018, un contrat a été attribué par le Conseil national d’administration des marchés publics et des appels d’offres (NPTAB) d’un montant de 753,3 millions de dollars (3,6 millions de dollars américains) à Apolla International Limited pour concevoir, fournir et installer neuf pompes de drainage fixes et trois mobiles de grande capacité. , ainsi que les structures/équipements associés.

Rendu possible grâce à une ligne de crédit indienne, le contrat a été signé par le PDG de l’époque de la National Drainage and Irrigation Authority (NDIA). Les pompes ont été installées à plusieurs endroits, notamment à Hampton Court, au château du Devonshire, à Hope, à Rose Hall, à Den Amstel, à Mora Point et à Nootenzuil. Entre-temps, les pompes mobiles se sont rendues à Church Street, Sussex Street et South Ruimveldt.

Cependant, le rapport 2022 du vérificateur général avait montré que 10 des 12 moteurs ne répondaient pas aux spécifications requises et n’étaient pas en mesure de maintenir le fonctionnement à long terme des pompes. Bien que le gouvernement ait contacté l’entrepreneur pour faire remplacer ces moteurs, cela n’a pas été fait.

Entre-temps, le ministère de l’Agriculture, dans sa réponse aux conclusions, a reconnu la situation et a noté qu’une évaluation menée par le ministère a montré que les 10 moteurs sous-dimensionnés devaient être remplacés. La NDIA a toutefois noté que l’entrepreneur ne l’avait pas fait.

« L’Autorité nationale de drainage et d’irrigation a indiqué qu’un entraînement par engrenages avait été fourni pour la station de pompage du château de Devonshire. Cependant, aucun des dix moteurs n’a été modifié comme demandé, soit trois moteurs pour les pompes mobiles et sept moteurs pour les pompes fixes », indique le rapport.

Dans ses recommandations, l’auditeur général Deodat Sharma avait exhorté le ministère de l’Agriculture à continuer de faire appel à l’entrepreneur Apollo afin de garantir que les pompes soient remplacées et capables de fonctionner correctement.

A lire également