Vingt-cinq communautés supplémentaires de l’arrière-pays et des zones rurales bénéficieront de la mise en œuvre du programme de télémédecine dans leurs établissements de santé, ce qui témoigne de la volonté agressive du gouvernement de garantir que des services de santé efficaces et de qualité soient fournis à tous.

Cela a été révélé par le ministre de la Santé, le Dr Frank Anthony, lors de la conférence de presse de fin d’année du ministère tenue vendredi à Brickdam, Georgetown.

La télémédecine est une communication interactive bidirectionnelle en temps réel entre un patient et un prestataire de soins de santé sur différents sites. Il s’appuie sur des équipements audio et vidéo et des dispositifs médicaux intégrés qui permettent aux cliniciens d’évaluer, de diagnostiquer et de traiter les patients à distance et s’avère bénéfique dans le cas du Guyana.

« L’année prochaine, nous avons identifié au moins 25 autres domaines ; ce pourrait être davantage parce que nous travaillons sur certaines sources de financement qui pourraient nous permettre de réaliser davantage de sites », a révélé le Dr Anthony.

Le programme de télémédecine a été officiellement lancé en 2022 avec quatre communautés amérindiennes de la région neuf pilotant le programme. Il a ensuite été étendu à 25 communautés des régions 1, 7, 8, 9 et 10, avec une allocation de 1,8 milliard de dollars dans le budget de 84,5 milliards de dollars du ministère en 2023.

« Cela nous a aidé à atteindre toutes les communautés éloignées et l’équipement dont nous disposons et la formation que nous avons donnée aux agents de santé leur permettraient notamment d’être capables d’installer l’équipement pour faire des ECG et aussi faire des échographies », a-t-il déclaré. a en outre souligné le ministre de la Santé.

Chaque site de télémédecine sera équipé des dispositifs technologiques requis, qui fourniront aux agents de santé communautaire (ASC) stationnés dans les villages respectifs un accès 24 heures sur 24 aux spécialistes de la Georgetown Public Hospital Corporation (GPHC).

Il s’agit notamment d’un stéthoscope numérique, d’un oxymètre de pouls, d’un thermomètre infrarouge, d’un tensiomètre, d’un échographe mobile et de caméras d’examen, entre autres appareils technologiques qui seront utilisés dans la prestation de ce service.

La mise en œuvre du programme de télémédecine fait partie des efforts de l’administration dirigée par le président Ali pour améliorer le système de santé du Guyana et en faire un système de classe mondiale.

A lire également