Le vice-président, le Dr Bharat Jagdeo, a révélé que le gouvernement travaillait activement à l’annonce d’un budget début 2024, en mettant l’accent principalement sur les politiques conçues pour augmenter le revenu disponible et la qualité de vie générale des Guyanais.

S’exprimant lors de sa conférence de presse hebdomadaire jeudi, il a informé que le plan financier annuel mettra plus d’argent dans les poches des citoyens, partageant : « Nous sommes actuellement engagés dans la préparation d’un budget 2024. Vous verrez un premier budget en 2024. »

Le vice-président a souligné que le budget 2024 se concentrera sur la poursuite du développement des infrastructures économiques et sociales du pays afin de renforcer la croissance future. Cela apportera également un plus grand confort aux citoyens sous forme de santé, d’éducation, d’infrastructures et d’autres secteurs importants.

Le deuxième volet portera sur l’augmentation du revenu disponible grâce à un ensemble de mesures.
« Le revenu disponible peut provenir de plusieurs manières. Cela pourrait passer par une augmentation des salaires, une réduction des impôts, un plus grand nombre de personnes employées et toutes ces mesures seraient prises en compte. Ainsi, vous pouvez développer l’emploi et obtenir un revenu disponible plus élevé au niveau brut. C’est au niveau national parce que davantage de personnes travaillent.

Selon Jagdeo, ces éléments sont conformes au manifeste PPP/C 2020 et se reflètent à travers une série de projets, politiques et programmes qui seront inscrits dans le budget.

Il a révélé : « Vous pouvez rechercher cet objectif, c’est-à-dire assurer la sécurité de notre pays ; gardez-le dynamique; maintenir les investissements sociaux et économiques ; générer plus d’emplois; créer plus de revenus pour les gens par divers moyens. Tout cela ferait partie du budget de l’année prochaine. Nous sommes donc occupés à travailler sur ces mesures.

En 2023, l’Assemblée nationale a approuvé le budget 2023 de 781,9 milliards de dollars – le premier à être financé en partie par les revenus pétroliers et l’argent gagné grâce à l’accord historique de vente de crédits carbone du Guyana. Il s’agit du plus grand jamais enregistré dans l’histoire du pays.

Le gouvernement avait déclaré que le budget national trouverait un équilibre entre la réponse aux besoins urgents et aux irritants d’aujourd’hui, tout en investissant simultanément dans l’avenir.
En juillet, un projet de loi de crédits supplémentaires de 31 milliards de dollars a été approuvé par l’Assemblée nationale, ouvrant la voie à l’injection de fonds dans des mesures d’adaptation climatique et dans le soutien aux communautés autochtones.

Puis, en août, le gouvernement a contacté l’Assemblée nationale pour obtenir un financement supplémentaire de 61,013 milliards de dollars, à injecter dans plusieurs secteurs clés. Une part importante de l’argent, à hauteur de 33,37 milliards de dollars, était destinée à des projets d’investissement relevant du ministère des Travaux publics.

Cette semaine, deux documents financiers visant respectivement 1,8 et 24 milliards de dollars ont été approuvés par l’Assemblée nationale.

Ces fonds serviront à élargir les programmes de travail dans divers ministères, agences et régions. Plus précisément, un montant de 1,2 milliard de dollars a été demandé pour la Force de défense guyanienne (GDF), qui est actuellement en état d’alerte face aux menaces qui pèsent sur le territoire guyanais d’Essequibo de la part du Venezuela voisin.

Le budget 2024 est le cinquième à être présenté depuis l’entrée en fonction du gouvernement PPP/C en 2020. Le premier budget, présenté en septembre 2020, était un budget d’urgence qui contenait néanmoins des mesures radicales annulant les lourdes mesures fiscales héritées de l’ancien gouvernement.

Parmi les mesures prises par le gouvernement PPP/C depuis son arrivée au pouvoir, citons la mise de côté de 5 milliards de dollars dans le budget 2022 pour atténuer la hausse du coût de la vie en Guyane et l’annulation de plus de 200 taxes et frais imposés par l’ancien A Partnership for National Unity/Alliance For. Changement (APNU/AFC) Gouvernement.

D’autres politiques incluent la réduction de la taxe d’accise sur le carburant de 50 pour cent en 2021 à 10 pour cent en 2022. La taxe d’accise a finalement été supprimée en mars 2022.

Le gouvernement a également distribué une subvention en espèces de 25 000 dollars à chaque foyer, 1,7 milliard de dollars à 220 communautés amérindiennes et 1,3 milliard de dollars aux travailleurs du sucre licenciés, a augmenté la pension de vieillesse de 20 500 dollars à 33 000 dollars entre 2020 et 2023, a rétabli les subventions à l’eau et à l’électricité pour les retraités et a fourni plus de 200 millions de dollars de crédits d’électricité aux ménages vulnérables.

Des mesures supplémentaires incluent l’augmentation du seuil d’imposition sur le revenu de 65 000 dollars à 85 000 dollars, l’augmentation et l’extension de la subvention en espèces « Because We Care », l’augmentation de l’aide publique et l’octroi de milliards d’aide aux agriculteurs, entre autres mesures.

Pour 2023, le gouvernement PPP/C a prévu une augmentation générale de 6,5 pour cent pour les fonctionnaires.

A lire également