Les propriétaires et les opérateurs de camions et de véhicules articulés ont rencontré samedi le ministre des Travaux publics, Juan Edghill, au stade national de Guyane, à Providence, sur la rive est de Demerara (EBD), où il a dévoilé un plan en cinq points pour aider à réduire les accidents et les problèmes associés aux camions sur le réseau. routes.

Quelque 100 chauffeurs de camion, opérateurs et propriétaires de remorques étaient présents à l'événement qui visait à discuter de stratégies visant à améliorer le fonctionnement des camions et autres véhicules articulés sur les routes afin de prévenir les accidents et de minimiser les inconvénients pour les autres navetteurs. Edghill a abordé cinq points clés, soulignant la nécessité de réduire la vitesse et de mieux gérer les nuisances sonores, ainsi que de répondre aux préoccupations concernant les dommages causés aux biens publics et l'exigence de poids désigné pour les camions.

Edghill a d'abord adressé ses remarques au chef de la circulation, au surintendant principal Mahendra Singh et aux agents de la circulation, qui étaient également présents à l'événement, soulignant que les conducteurs fatigués ne devraient pas être autorisés à conduire des véhicules sur les routes du Guyana.

Dans sa déclaration, il a exhorté les policiers à intervenir s'ils observent des conducteurs dépassant les heures raisonnables, soulignant l'importance de garantir que les conducteurs fatigués ne constituent pas une menace distincte pour chaque citoyen guyanais.

« Un conducteur fatigué est un danger pour tous les citoyens de ce pays. Si la police travaille sur la route et remarque un conducteur faisant des trajets pendant de longues périodes et remarque qu'il n'a pas pris le temps de se reposer, assurez-vous de le faire arrêter. mis à part », a-t-il déclaré, s’engageant à collaborer avec la Guyana Revenue Authority (GRA) pour mettre en œuvre la suspension des permis pour les conducteurs dont les employeurs leur permettent de travailler de longues heures sans repos adéquat.

« Envers les propriétaires de ces entreprises de camionnage, vous serez tenus responsables, et je travaillerai avec GRA pour mettre en œuvre la suspension du permis de vos conducteurs si vous autorisez les camionneurs à travailler pendant de longues heures sans se reposer », a-t-il déclaré.

Il a également déclaré que les mêmes mesures seraient mises en œuvre pour les chauffeurs et le personnel des sites de carrières.

En outre, il a soulevé la question du poids excessif des camions et a souligné que les chauffeurs ne s'assuraient pas que les articles qu'ils transportaient étaient bien sécurisés. Soulignant que certains camions n'ont pas de couverture lors du transport de charges de matériaux, il a déclaré : « Il est important que dans votre utilisation de la route, vous fassiez preuve de toute la prudence nécessaire, non seulement [not] surcharge ou suremballage, mais également en veillant à ce que les sentiers soient sécurisés.

Il a ensuite expliqué qu'il y avait de nombreux cas où des personnes conduisant derrière des camions voyaient du sable et des pierres tomber de certains camions. « Cela peut causer de graves problèmes aux conducteurs et même amener les motards à déraper sur la chaussée et les rendre susceptibles d'être renversés par des camions, etc », a-t-il déclaré.

Destruction de biens publics

Présentant son point de vue sur la destruction des biens publics causée par les camions surchargés, le ministre a fait référence aux accotements routiers, aux allées et aux ponts endommagés, qui sont détruits à cause des conducteurs circulant dans des quartiers et des zones non désignés pour le poids de leurs camions.

Il a dévoilé une nouvelle stratégie, précisant que « tout dommage aux biens publics causé par les chauffeurs routiers, ils devront les payer, partout dans le monde, il y a des mesures mises en place pour les différents chauffeurs et les endroits où ils peuvent conduire, et la Guyane maintient ». les mêmes pratiques également ».

Il a également souligné que le gouvernement ne pouvait pas constamment résoudre les problèmes causés par les camionneurs. Dans le but de protéger la vie des piétons traversant les routes, il a noté que la plupart des camionneurs présents à l'événement avaient des familles et des jeunes qu'ils aiment beaucoup et qu'en cas de conduite imprudente, leur vie pourrait leur être enlevée si les points soulevés n'ont pas été respectés.

« Je suis sûr que vous voulez tous subvenir aux besoins de votre famille, mais si vous regardez la situation dans son ensemble, si nous continuons à conduire de manière imprudente, je suis sûr que nous retirerons le prochain avocat ou médecin possible dans nos familles », a-t-il déclaré.

Les chauffeurs de camion ont également fait part de leurs préoccupations, notamment l'utilisation de sirènes illégales. Un conducteur a indiqué qu'il était nécessaire de sensibiliser les gens aux feux sur les voitures qui imitent les feux des véhicules de la police, des pompiers et de l'armée. Selon le chauffeur du camion, ce problème doit être résolu car il affecte gravement les chauffeurs de camion. Il a en outre déclaré qu'une autre tendance préoccupante était l'utilisation de klaxons illégaux qui imitent les sirènes de la police, ce qui devrait également être abordé par les forces de l'ordre.

Un autre chauffeur de camion a encouragé ses collègues d'autres entreprises de camionnage à conduire de manière responsable, exprimant ses inquiétudes quant au comportement agressif et compétitif des chauffeurs de camion. « Les gars, nous devons faire attention à la façon dont nous conduisons. Si nous continuons à conduire de manière imprudente, nous mettrons en danger les autres sur la route. Ce type de compétition pour affirmer sa domination doit cesser », a-t-il déclaré à de nombreuses personnes lors de la discussion.

A lire également