Suite à la conclusion du projet d'intervention d'urgence contre le COVID-19 en Guyane (P173916) le mois dernier, hier à l'hôtel Cara Lodge, le ministre de la Santé, le Dr Frank Anthony a assisté à une réunion de haut niveau sur One Health.

La réunion visait à discuter des principales conclusions découlant du projet et à définir les prochaines étapes de mise en œuvre du Plan d'action national pour la sécurité sanitaire dans le cadre de l'approche One Health.

En novembre 2020, la Banque mondiale a approuvé 7,5 millions de dollars américains pour le projet d'intervention d'urgence du Guyana face au COVID-19 afin d'aider le pays à lutter contre la pandémie et à renforcer son système de santé. Le projet s'est concentré sur le renforcement des capacités des laboratoires, le soutien au dépistage et à la surveillance, l'amélioration de la recherche des contacts, l'équipement des établissements de santé pour un meilleur traitement et une meilleure prise en charge des patients atteints de la COVID-19, et la préparation au déploiement d'un vaccin contre la COVID-19 sûr et approuvé.

Par la suite, le ministère a alloué une partie des fonds à la collaboration avec des agences telles que l'Organisation mondiale de la santé/Organisation panaméricaine de la santé, le ministère des Finances, l'Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (IICA), la Guyana Livestock Development Authority (GLDA) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour mettre en œuvre un programme « Une seule santé ». Ce programme vise à prévenir et à mieux se préparer aux défis de santé actuels et futurs à l’interface homme-animal-environnement grâce à la collaboration et à la coordination entre les cadres de gouvernance des programmes de santé humaine, animale, végétale et environnementale.

En exprimant sa gratitude à la Banque mondiale pour son aide pendant la pandémie, le ministre Anthony a noté qu'elle avait fait preuve de flexibilité dans l'adaptation des systèmes qui ont contribué à permettre au Guyana de contrôler efficacement la propagation du virus COVID-19. En outre, il a souligné les efforts du ministère pour améliorer les systèmes de surveillance et mener des évaluations pour le programme One Health.

« Nous avons reconnu que nous devions également préparer un système pour toute nouvelle pandémie, et toute nouvelle pandémie qui surviendrait serait probablement un passage des animaux à la population humaine, et nous devons donc être en mesure de développer un système permettant de détecter les virus. , que ce soit dans une population animale ou humaine, afin que nous puissions voir s'il y a un lien. Et c’est ce que nous essayons de construire avec notre initiative One Health.

Heureusement, nous avons reçu cette subvention dans le cadre de ce projet, et nous avons utilisé les ressources pour pouvoir terminer toutes les évaluations, et nous terminons maintenant le plan national », a-t-il expliqué.

En conclusion, le ministre de la Santé a déclaré que le système ministériel étant principalement basé sur papier, grâce à la subvention, ils ont pu s'associer à l'Université Johns Hopkins pour développer un système de base de données électronique qui permettra d'obtenir des informations en temps opportun. Parallèlement à cela, il a déclaré que le ministère a mis en place des sites de télémédecine pour faciliter également l'information en temps réel.

Pendant ce temps, le Dr Luis Codina, représentant national de l'OPS/OMS, a affirmé l'engagement de l'OPS/OMS et du ministère de la Santé à renforcer tous les aspects des agences dans le cadre de l'approche Une seule santé.

Mme Federica Secci, spécialiste principale de la santé à la Banque mondiale, qui était également présente, a souligné que le projet a fait preuve d'une remarquable flexibilité pour s'adapter à l'environnement en évolution et répondre aux besoins du pays. Elle a ajouté que l'objectif principal du projet était d'améliorer la préparation en matière de santé publique et de servir de catalyseur de changement depuis la naissance de l'Initiative One Health.

Parmi les personnes présentes figuraient la Coordonnatrice résidente des Nations Unies en Guyane, Mme Yesim Oruc ; FAO, Mme Oletta Williams; Conseiller du ministre de la Santé, Dr Leslie Ramsammy et d'autres représentants du ministère de la Santé, du ministère des Finances, de la Banque mondiale, de l'IICA, du GLDA et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

A lire également