Le ministre du Travail, Joseph Hamilton, a déclaré lundi que son ministère avait été informé d’un projet de grève organisé par le Guyana Teacher’s Union (GTU) du 5 au 16 février 2024.

Les tactiques alarmistes répandues par le GTU consistent notamment à menacer de licencier les enseignants et à bloquer leurs promotions s’ils ne participent pas à la grève. Le ministre Hamilton a réitéré que le GTU ne dispose d’aucune position faisant autorité pour le faire.

« Ne permettez pas au Syndicat des enseignants de Guyane et à ses dirigeants de vous menacer ou de vous intimider. Ils ne peuvent pas et ne sont pas en mesure de vous faire perdre votre emploi. [or] pour que vous ne soyez pas promu », a-t-il assuré.

Le ministre a déclaré que toute grève déclenchée par le GTU serait considérée comme illégitime par le ministère du Travail.

« En tant que ministre du Travail, j’ai le devoir de protéger tous ceux qui auraient été intimidés ou intimidés par le syndicat des enseignants pour se joindre à une grève illégitime et illégale », a-t-il souligné.

En outre, le ministre du Travail a souligné l’importance pour tous les enseignants de comprendre que participer à la grève peut avoir des implications. [Extracted and Modified from DPI]

Article précédentLa GCCI renouvelle son appel à une réforme du marché boursier en Guyane

A lire également