Les écarts de longue date entre le littoral et l'arrière-pays, qu'il s'agisse d'infrastructures ou de fourniture de services essentiels, se réduisent rapidement grâce au travail effectué par le gouvernement du Parti populaire progressiste/civique (PPP/C) pour combler le fossé.

C'est ce qu'a déclaré le ministre des Ressources naturelles, Vickram Bharrat, alors qu'il s'adressait aux habitants de Nappi, dans la région 9 (Haut Takutu/Haut Essequibo), lorsqu'une équipe de responsables gouvernementaux s'y est rendue ce week-end.

Selon le ministre, les gouvernements PPP/C successifs de 1992 à 2015 et de 2020 à aujourd'hui ont travaillé dur pour redonner espoir aux communautés de la côte et de l'arrière-pays. Selon Bharrat, l’écart entre l’arrière-pays et la côte est plus petit que jamais.

« Son Excellence et le cabinet ont travaillé très dur pour garantir que nous comblons le fossé entre l'arrière-pays et la côte. Et aujourd’hui, nous constatons que cet écart se réduit. Nous constatons que c’est beaucoup plus étroit que par le passé.

« Aujourd'hui, nous pouvons avoir des établissements de santé ici même, dans la région 9, qui sont proposés sur la côte. Aujourd'hui, nos enfants peuvent étudier et obtenir un diplôme, directement dans leur propre village. Avec le WIFI provenant de votre propre communauté. C’est le genre de réalisation que nous avons accomplie au cours des trois années et demie qui se sont écoulées depuis l’arrivée de notre président au pouvoir. Aujourd’hui, nous pouvons nous vanter d’avoir de meilleurs soins de santé. Meilleure éducation. De meilleures infrastructures.

Malgré tout cela, Bharrat a exprimé l’opinion que la plus grande réussite du gouvernement PPP/C est d’avoir réussi à redonner espoir en Guyane, à partir de 1992. Il a fait référence à la migration massive de personnes provenant des côtes du Guyana au cours de la période post-indépendance, sous le gouvernement de l'ancien président LFS Burnham.

« Parce que je suis sûr que les personnes âgées ici se souviennent qu'il fut un temps où les Guyanais perdaient espoir. Vous avez perdu espoir dans votre propre pays et dans le gouvernement de l’époque. C’est pourquoi aujourd’hui, nous constatons qu’il y a tant de Guyaniens en dehors de la Guyane, plus que ceux qui vivent en Guyane », a ajouté Bharrat à la foule.

« Et lorsque l’on réfléchit à la raison, c’est à cause de la période post-indépendance, de 1966 à 1992, lorsque les gens ont perdu espoir à cause d’élections truquées, de mauvaises infrastructures et de la dictature. Nos gens couraient vers le Venezuela, vers le Brésil, vers le Suriname, sur les côtes. De nombreux Berbiciens d’où je viens sont allés aux États-Unis, ils sont allés au Canada.

En février seulement, le gouvernement avait annoncé que, dans le but de minimiser l'empreinte carbone du pays tout en s'attaquant aux disparités énergétiques, il achèterait cette année 10 000 systèmes solaires photovoltaïques (PV) pour les ménages de l'arrière-pays.

Un total de 95,7 milliards de dollars a été alloué dans le budget 2024 au secteur de l’énergie. Sur cette somme, 4,8 milliards de dollars ont été destinés à financer plusieurs projets d'énergie solaire à travers le pays. En outre, pour améliorer la fiabilité en réduisant les chutes de tension et les pertes du réseau, ainsi que pour donner accès à l'électricité à plus de 475 nouveaux foyers, 180 millions de dollars ont été budgétisés pour moderniser les réseaux de distribution primaires à Ituni, Kumaka et Kwakwani.

En ce qui concerne les infrastructures, l’année dernière seulement, 5 milliards de dollars avaient été réservés pour être dépensés dans les régions de l’arrière-pays, dans le but de transformer les réseaux routiers existants au profit des résidents des régions un, sept, huit et neuf. Ces initiatives promettent une amélioration de la connectivité et des réseaux de transport dans ces régions.

Et en décembre 2022, le gouvernement guyanais avait signé un accord pluriannuel historique pour la vente de crédits carbone certifiés à la grande entreprise énergétique américaine Hess Corporation, pour un montant de 750 millions de dollars américains, dont 15 % sont directement destinés au secteur énergétique. développement des communautés de l’arrière-pays.

Le gouvernement PPP/C a réalisé d'autres investissements considérables dans les communautés de l'arrière-pays depuis son retour au pouvoir en 2020. L'un de ces investissements est ses dépenses en capital dans les communautés de l'arrière-pays, qui ont franchi la barre des 50 milliards de dollars.

A lire également