La Commission de la concurrence et de la consommation (CCAC) fait état d’une augmentation de 20 % des plaintes des consommateurs cette année par rapport à la période correspondante de 2022.

Le chef de l’unité de la consommation, Rusante Perry, a déclaré que 469 plaintes évaluées à plus de 400 millions de dollars avaient été déposées. De ce nombre, 395 ont été résolus, ce qui a permis de restituer 125 millions de dollars aux consommateurs.

Selon Perry, un nombre sans précédent et alarmant de plaintes ont été déposées contre le secteur de la construction, qui connaît actuellement un boom économique en raison de la campagne de logement du gouvernement.

« Une petite quantité de plaintes est liée au matériel, mais un pourcentage considérable est basé sur le travail de qualité inférieure que les consommateurs reçoivent ou sur un travail incomplet, ce qui signifie qu’ils paient à l’entrepreneur un montant X pour terminer le projet et que l’entrepreneur abandonne le projet.

« Ainsi, nous avons beaucoup de clients qui sont incapables de contacter ces entrepreneurs même si leur travail n’est pas terminé », a déclaré Perry.

Selon Perry, la commission amplifiera ses efforts en 2024, pour informer les nouveaux propriétaires de terrains et de maisons sur les choses à faire et à ne pas faire lors de la sélection d’un entrepreneur, de l’achat de matériaux et du paiement à l’avance des travaux à terminer.

En attendant, Perry exhorte les citoyens à utiliser les informations fournies dans la feuille de route de la commission pour les constructeurs d’habitations, qui a été établie en 2020 comme guide pour les nouveaux venus dans l’industrie.

« Nous devons généralement faire intervenir un expert indépendant dans ces cas parce que nous ne sommes pas des experts en construction, donc nous engageons généralement, disons, un ingénieur civil pour évaluer le travail et cela sera basé sur la qualité ainsi que sur le caractère incomplet du travail. Ils doivent généralement nous donner un coût pour la terminer et ainsi de suite, sur cette base, nous menons l’enquête, si elle n’est pas terminée au moment de l’enquête, elle est alors transmise au conseil pour audience », a-t-elle déclaré.

Récemment, la personnalité de la radio Feliz Robertson a raconté sur les réseaux sociaux son expérience déchirante avec un entrepreneur de mauvaise qualité, qui lui a arraché environ 4 millions de dollars qu’elle lui avait avancés pour construire sa maison.

En raison du travail médiocre de l’entrepreneur, Robertson s’est retrouvée dans le besoin de réparations importantes à sa maison, dont elle a été informée après avoir fait examiner le bâtiment par un ingénieur professionnel.

Robertson a profité de l’occasion pour appeler le public guyanais à faire preuve de diligence raisonnable et à vérifier les antécédents des entrepreneurs avant de les embaucher.

Pendant ce temps, le directeur immobilier Mohammed Shaheed, de Patentia, en Cisjordanie Demerara, a été traduit en justice le 4 novembre devant le magistrat principal Leron Daly du tribunal de première instance de Georgetown, accusé d’avoir reçu de l’argent sous de faux prétextes.

Le père de cinq enfants est accusé d’avoir trompé Terrence Sobers pour qu’il lui donne 26 millions de dollars entre le 15 avril 2021 et le 25 juillet 2023 en prétendant être en mesure d’acheter un terrain et de construire des maisons.

Shaheed a été libéré sous caution pour un montant de 500 000 dollars et devrait réapparaître devant le tribunal plus tard ce mois-ci.

La Commission de la concurrence et de la consommation a déclaré qu’elle amplifierait ses exercices d’inspection de conformité commerciale en 2024 pour garantir que les articles annoncés par les fournisseurs sont appropriés à la vente.

En outre, la commission créera également davantage de contenus de sensibilisation, qui seront diffusés sur les plateformes de médias sociaux ainsi qu’à la radio et à la télévision.

Il s’agit d’un effort d’éduquer les consommateurs et les fournisseurs sur leurs droits, tels que stipulés dans la loi sur la consommation.

En outre, la commission rappelle aux citoyens de toujours collecter les reçus et la garantie des articles achetés, car ces documents sont cruciaux pour résoudre les cas.

A lire également