Face à l'évolution rapide de la criminalité transnationale organisée, le président sortant du Système de sécurité régionale (RSS), le ministre de l'Intérieur du Guyana, Robeson Benn, a fait pression pour obtenir davantage de soutien afin de renforcer la capacité des forces de sécurité de la région à lutter contre ces activités criminelles infâmes.

S'exprimant lors de la réunion du Conseil des ministres du RSS, tenue vendredi à Georgetown, Benn a noté que même si de nombreux progrès ont été réalisés par le RSS, davantage de travail doit être fait, notamment en ce qui concerne le renforcement des capacités et des ressources des forces de sécurité régionales pour lutter contre la criminalité transnationale organisée.

« Nous nous en sortons bien, mais avons-nous amélioré notre jeu ? Sommes-nous devenus talentueux ? Avons-nous, en particulier, les nouvelles ressources nécessaires pour répondre aux défis plus importants de la criminalité transnationale organisée ? [We need to pay attention to] la question du trafic de drogue ; la question du blanchiment d'argent ; la question des armes à feu entrant dans la région et utilisées pour soutenir le trafic de drogue et d’autres activités néfastes ; la question du trafic de migrants et de la traite des personnes », a déclaré Benn.

Il a ajouté : « L'exigence d'un système de sécurité totale désormais est d'être capable de répondre de manière proportionnelle aux défis qui existent ; et c'est pourquoi nous continuons à demander ; tirer parti; demander; mendier même, dirais-je, pour que nous obtenions davantage d'aide en matière d'interdiction (et) de prévention. Parce que nous sommes en amont des marchés où la drogue est consommée, (et) nous sommes en aval là où sont utilisées les armes à feu, qui servent à soutenir les problèmes liés au trafic de drogue et au blanchiment d'argent.»

Selon le président sortant du RSS, les sociétés de la région ne sont pas capables de répondre aux problèmes découlant de la criminalité transnationale organisée. À cette fin, il a exhorté les ministres de la sécurité, les chefs militaires et de police des États membres et les partenaires internationaux réunis pour la réunion RSS de haut niveau à examiner l'avenir de l'organisation régionale et sa capacité à répondre à ces défis et menaces en constante évolution.

« Lorsque nous revenons avec les chiffres précis concernant les demandes ; en ce qui concerne l'échange de connaissances et d'expertise; avec demande de formation de nos forces de sécurité à tous les niveaux, soit armées, police, pompiers, prisons, renseignements ; que nous approfondissions la communication et les liens entre nos forces de sécurité et nos agences de renseignement, et que nous trouvions les moyens de créer davantage de synergies entre les États membres du RSS et les États partenaires, nos partenaires internationaux, en ce qui concerne cette question particulière de la criminalité transnationale organisée et criminalité et violence dans la région… », a noté le ministre de l’Intérieur.

Benn a ajouté que le RSS doit également accorder plus d'attention à la diversification de ses forces de sécurité, en impliquant davantage de femmes et en se concentrant sur la criminalité chez les jeunes et la violence contre les femmes et les enfants. Il a ajouté : « Les questions de corruption, de professionnalisme et d’intégrité dans toutes nos entreprises et forces dans la région doivent être une priorité. »

Le RSS a été créé il y a plus de 40 ans en réponse à la nécessité d'une réponse coordonnée aux défis de sécurité qui menaçaient la stabilité régionale. En septembre 2022, le Guyana a officiellement rejoint le RSS en tant que huitième membre après la signature de l'Instrument d'Ascension par le président Dr Irfaan Ali, après quoi le ministre Benn a assumé la présidence en mars 2023.

Le Premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, le Dr Terrence Drew, qui remplacera Benn en tant que nouveau président, a souligné la nécessité d'une coopération régionale pour favoriser la sécurité. Il a également félicité la Guyane d'avoir assumé la présidence tout en étant le membre le plus récent.

Des représentants de partenaires internationaux, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne, ont prononcé des discours faisant écho à leur soutien continu à la quête d'une région plus sûre et plus sûre.

Le directeur exécutif du RSS, le commodore Errington Shurland, a également pris la parole lors du sommet.

Cet événement très médiatisé a réuni les ministres responsables de la sécurité des États membres, notamment Antigua-et-Barbuda, la Barbade, la Dominique, la Grenade, la Guyane, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les Grenadines. Au cours de la réunion, intitulée « La force par l'unité », une série de questions majeures seront discutées.

A lire également