Le dossier de la police sur son enquête sur l’allégation de viol contre le ministre Nigel Dharamlall a été renvoyé au Bureau du directeur des poursuites publiques (DPP) pour un avis juridique sur la voie à suivre.

Cela a été confirmé par le chef de la criminalité Wendell Blanhum, qui a déclaré à cette publication que le dossier avait été renvoyé aujourd’hui avec les informations supplémentaires demandées par le DPP le mois dernier.

Le 28 juin, il a été signalé que le DPP avait demandé à la police de mener une enquête plus approfondie sur l’affaire.

Mais il y a quelques jours, la police guyanienne (GPF) a révélé que la victime présumée avait fait une « déclaration de non suite » aux enquêteurs en présence d’un de ses parents et d’un représentant de l’Agence de protection et de garde de l’enfance.

Dans ce contexte, le dossier mis à jour a été préparé et soumis au DPP pour un avis juridique complémentaire.

Dharamlall, qui est ministre de l’Administration locale et du Développement régional, est actuellement en congé administratif, à la suite d’une allégation de viol faite par un jeune de 16 ans qui a fait surface pour la première fois sur les réseaux sociaux.

Dharamlall a également été arrêté et placé sous caution de 1 million de dollars alors que la police enquêtait sur l’affaire.

Dharamlall a retenu les services de Hughes Fields & Stoby, le cabinet d’avocats de Nigel Hughes.

Le président Dr Irfaan Ali a depuis assuré qu’il respecterait le résultat de l’enquête.

A lire également